Le blog de Diebel Seck

Le nom de la déesse Hathor expliqué en Wolof

La déesse Hathor, souvent assimilée à des divinités telles que Vénus, Ishtar mésopotamienne, Aphrodite grecque et Vénus romaine, occupe une place centrale dans la mythologie égyptienne. Le nom Hathor, dérivé du grec ancien Άθώρ / Háthôr, signifie « Maison d’Horus ». Elle est la déesse de l’Amour, de la Beauté, de la Musique, de la Maternité et de la Joie.

Dans les langues négro-africaines, comme le wolof, on trouve plusieurs termes qui peuvent avoir des résonances culturelles ou linguistiques avec le nom Hathor. Cette découverte ouvre des perspectives fascinantes sur l’interconnexion des cultures et la manière dont les concepts et les noms peuvent voyager à travers le temps et l’espace.

L’Origine du Nom Hathor

Selon l’égyptologie conventionnelle :

  • 𓉡 (O10) ou (𓉗 𓁷 𓂋 𓁥) (O6-D2-D21-C9) : Háthôr signifiant « Maison d’Horus ».
    • 𓉡 = Plan d’enceinte à porte fortifiée O6 et faucon G5.
    • 𓉗 O6 = Hwt/Hut = Hwt ‘palais’, ‘temple’, ‘tombe’.
    • 𓁷 D2 = Horus/hr = Hr ‘le visage’, dont dérive la valeur phonétique Hr et les mots apparentés.
    • 𓂋 = Idéogramme dans rA ‘la bouche’, d’où dérive le phonème ‘r’.
    • 𓁥 = Idéogramme ou déterminatif du nom de la déesse ‘Hathor’.

Le nom Hathor est composé de hiéroglyphes qui dénotent des concepts et des valeurs profondément enracinés dans la culture égyptienne antique. Ces hiéroglyphes nous donnent une clé pour comprendre comment les anciens Égyptiens percevaient et honoraient leurs divinités.

Correspondances en Wolof et Autres Langues Négro-Africaines

En wolof dans la vraie vie :

  • 𓉡 (O10) ou (𓉗 𓁷 𓂋 𓁥) (O6-D2-D21-C9) = Hët up Gor/Heutoup Gor : la Cour de l’homme. (La maison d’Horus). La maison de l’homme, être humain.
  • 𓉗 O6 = Hët/ Heute = Cours intérieur de Maison (Kër).
  • 𓁷 D2 = Horus/hr = Wolof: Gor (Homme, nit, être humain), her Kanam (Face); Bambara: horong (Noble); Pular: Hore (Tête).

Ces correspondances montrent que certains termes utilisés pour décrire des concepts similaires en wolof et autres langues négro-africaines peuvent être alignés avec les hiéroglyphes égyptiens. Par exemple :

  • Hët up Gor/Heutoup Gor : Cela peut être traduit par «la Cour de l’homme», reflétant l’idée de l’espace sacré ou de l’enceinte.
  • Hët/ Heute : Cours intérieur de Maison, en wolof Kër.
  • Gor, her Kanam : Nite, Gor, l’homme tout court en wolof et en Bambara, horong (Noble), Pular Hore (tête), se référant a l’etre humain par excellence et à des concepts de dignité et de respectabilité souvent associés aux divinités.

Dérivations et Déclinaisons

Nous observons également des termes apparentés qui révèlent des nuances culturelles et linguistiques :

  • Coro/Chorro : L’amante.
  • Cacor/Cathor : Vicieux.
  • Bathor : Nom de femme.
  • Sigi ak Cor / SiguiChor / Ziguinchor : Noms de lieux, ville.

Ces dérivations montrent comment les mots et les concepts évoluent et s’adaptent aux contextes locaux tout en conservant des traces de leur origine commune. Les noms et les termes de l’ancienne Égypte ont trouvé de nouvelles expressions et significations à travers les langues négro-africaines, enrichissant ainsi notre compréhension de l’héritage culturel et linguistique partagé.

Conclusion

Ces correspondances montrent comment les noms et les concepts de l’ancienne Égypte (Kemet/Xëmit/Kheumit) peuvent voyager et évoluer à travers différentes langues négro-africaines. Cela nous montre comment l’Égypte ancienne peut s’expliquer par nos langues. La découverte de ces liens linguistiques et culturels est une invitation à explorer davantage les connexions profondes entre les civilisations africaines et à redécouvrir l’histoire de manière intégrée et inclusive.

Dans le ventre de sa mère, l’homme est chez soi.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies